Analyse de la dette extérieure du Sénégal – La vérité par les chiffres

 

dette sénégalSur cette image, de gauche à droite, nous avons Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade.

Au cas où vous ne seriez pas intéressés par les économies africaines, nous vous conseillons de stopper ici votre lecture.

J’ai examiné le niveau de la dette extérieure du Sénégal au cours des dernières décennies, président par président, et j’ai estimé que ce serait une bonne idée de partager les résultats de mon analyse avec mon réseau.

L’image ci-dessus illustre l’évolution de la dette extérieure du Sénégal (1970 – 2015), en % du revenu national brut (RNB). Pour faire simple, qu’un pays ait une dette extérieure de 80% du revenu national brut signifie que si ce revenu est de 100, il subsiste une dette de 80, à payer au reste du monde. Un niveau aussi élevé a, par le passé, entrainé une hausse du prix de la dette qui s’est parfois reflétée sur les marchés financiers.

Principales remarques

Abdoulaye Wade a fait mieux que les autres anciens présidents du Sénégal en matière de gestion de la dette. Lorsqu’il a pris ses fonctions en 2000, le niveau d’endettement du pays était d’environ 80% de notre RNB ; niveau qu’il a ramené à seulement 20% en l’espace de 6 ans. Quand on sait que des milliards de dollars (donc encore plus de CFA) sont en jeu, cette évolution est tout juste énorme. Finalement, le niveau d’endettement a atteint environ 35% lorsqu’il a quitté le pouvoir en 2012.

Un autre fait intéressant est que l’actuel président de la République, en l’occurrence Macky Sall, semble accentuer cette hausse, le niveau d’endettement étant d’environ 43% en 2015. Il est évident que cette situation a empiré au vu des investissements consentis depuis un plus de 5 ans, notamment avec le PSE (Plan Sénégal Emergent).

Léopold Sédar Senghor semble également avoir été un gros dépensier vu le niveau d’endettement du Sénégal qui était d’environ 43% lorsqu’il quittait la présidence de la République en 1980. Ayant dirigé le Sénégal durant la période post indépendance, nous aurions pu nous attendre à une hausse des investissements avec l’espoir de retours conséquents et palpables, devant impacter le taux de croissance du RNB ; or, le haut niveau d’endettement constaté ne semble avoir porté aucun fruit.

Enfin, nous finirons avec le président Abdou Diouf qui s’est révélé être le pire dirigeant que le pays ait eu sur ce point. J’ai été étonné de voir que le niveau d’endettement atteigne effectivement 100% en 1994. Qu’est-ce qui a causé cet endettement excessif? Nous n’avons constaté aucune amélioration de la qualité des infrastructures ou encore une croissance considérable dans les années qui ont suivi.

Principales recommandations

Dépensez là où le besoin se fait sentir – Notre président doit se concentrer davantage sur les bases. Les dépenses en matière d’infrastructure favorisent la corruption et l’émergence d’infrastructures inadaptées et donc inutilisables par la population sénégalaise.

Pensez à faire du Sénégal un pays alimentairement autosuffisant. Il est nécessaire de mettre en place des programmes d’aide aux agriculteurs, de subventionner le matériel agricole et de privilégier des mesures protectionnistes pour encourager la consommation des produits locaux.

Cela diminuera le flux d’argent sortant du pays, générera des emplois et donc une croissance du RNB, mais surtout, réduira le niveau d’endettement.

PS: Cet article ne reflète que mon point de vue et ne vise en aucun cas à discréditer une quelconque personnalité. Il a plutôt pour but de donner un aperçu de la situation économique du Sénégal.

Yeewu !

ID

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s